Le Conseil National du Numérique

Il parait qu’on a officialisé les membres du Conseil National du Numérique, aujourd’hui. La liste tourne sur le net.

Je regarde le tout d’un air assez désabusé, mais je trouve que toute la démarche derrière la création de ce conseil est un signe que, quelquepart, on progresse. Il y a une volonté de se comprendre, entre les acteurs politiques, et les acteurs d’internet. Ils ne nous comprennent pas, mais au moins, ils essaient de faire croire que ça peut marcher entre nous. C’est pas mal.

Par contre, j’ai une sensation curieuse à la lecture de la liste des membres.

D’abord, il y a des opérateurs Telecom. SFR, Bouygues, Orange. Paradoxalement, c’est pas des gens que j’aurais classé dans les acteurs d’internet (et c’est pas les gens qui ont les bonnes idées). M’enfin soit. Je veux bien que ce soit des acteurs de poids qu’il convient de mettre là-dedans. Au contraire, Xavier Niel est, à mon humble avis, tout à fait à sa place là-dedans.

Sur le côté, il y a deux représentants des éditeurs de logiciel : un du côté logiciels de gestion, un plus axé grand public. Seulement deux. C’est à la fois rien du tout, et explicable par le fait que même si cela s’appelle le conseil du numérique, les problématiques, on les trouve sur internet. Manque de bol, eux, ils se concentrent sur la partie non-internet. Ou du moins, la partie cachée (parceque Cegid a l’air aussi de faire du Cloud). Mais c’est pas non plus ce qui nous intéresse, d’un point de vue politique. J’aurais bien vu un représentant de l’industrie du jeu vidéo, là-dedans, mais ça reste des gens un peu périphériques aux problématiques qui nous intéressent.

Il y a quelqu’un de la Fnac, qui semble représenter la vente par correspondance. J’aurais plus vu quelqu’un d’une boîte plus concentrée sur internet, au lieu d’un représentant de l’industrie traditionnelle. Mais je connais bien ni le secteur, ni ce type en particulier. Donc je peux pas trop juger.

Le gros morceau, c’est bien sûr les “entrepreneurs du web”. Il y a un peu de tout, et je trouve que c’est pas trop mal réussi. Il y a des poids lourds du multimédia, qui risquent assez vite de se retrouver au coeur des polémiques (Deezer, Dailymotion), des representants de sites à assez fort trafic, mais un peu (voire beaucoup) moins axés high-tech (Aufeminin, PagesJaunes, Meetic), et des gens qui ont plutôt l’air d’entrepreneurs du web (des vrais, des purs). Parmi ces derniers, je fais une mention un peu spéciale pour Nicolas Voisin, d’Owni, que je ne connaissais pas, mais qui a fait ici un commentaire à sa nomination dans un ton qui me fait dire que c’est un mec bien.

Alors oui, même si les très grands groupes traditionnels sont présents, il y a quand même une volonté d’écouter les entrepreneurs. Ca m’intéresse, forcément, c’est ma catégorie. On abordera surement pas des sujets philosophiques (Orange et SFR, défendre la neutralité du net ? Soyons sérieux), pour se concentrer sur les sujets plus économiques, mais on dira que c’est un début.

C’est un bon premier pas : ils acceptent implicitement de considérer internet comme quelquechose d’un peu plus avancé qu’un terrain de jeu pour ados rebelles.

Il reste plus qu’à faire rentrer dans ce Conseil des partisans du logiciel libre (bien que j’ai pas de nom de personne ou groupe français qui corresponde aux critères), et des gens qui travaillent plus sur la technique pure (il n’y a aucun représentant des hébergeurs, alors que quelqu’un de chez OVH, par exemple, aurait peut-être du avoir droit de donner son avis). Mais ce sera pour la prochaine fois, je suppose.

Notons au passage qu’avec Orange et Meetic, on a les éditeurs des deux sites à fort trafic les plus médiocres (d’un point de vue strictement technique) de l’internet français actuel. C’est… amusant.

@il y a 3 ans avec 20 notes
#conseil national du numerique #CNN #politique #france #numerique #internet 
  1. wilya a publié ce billet